photo et texte de l'accueil
  • occupation italienne
  • sabordage de la flotte
  • occupation allemande
  • chronologie
  • Chronologie novembre 1942-décembre 1943


    Novembre-décembre 1942

    Novembre-décembre
    Mise en place d’un embryon de directoire régional de la Résistance par les mouvements unis de la Résistance (MUR, créés à partir de Combat, Libération et Frac Tireur) : les Varois Mentha et Verviers en font partie. Premiers tracts communs.
    5-6 novembre
    Dans la nuit, embarquement du Général Giraud au Lavandou (réseau Alliance).
    8 novembre
    Premier attentat à l’explosif à Toulon contre un local “collaborateur” ( le siège du SOL).
    11 novembre
    Occupation de la zone sud par les Allemands et les Italiens, à l’exception du camp retranché de Toulon. Le général de Gaulle et les Français libres exhorte en vain la Marine à l’appareillage.
    Manifestations patriotiques à Draguignan, Saint- Raphaël, La Garde, Sanary.
    12 novembre
    Arrivée des premières troupes d’occupation allemandes (jusqu’à Sanary) et italiennes (jusqu’à Hyères) dans le Var. La flotte de Toulon allume ses feux contre une éventuelle attaque anglaise.
    15 novembre
    Arrivée de renforts de l’armée de terre dans le camp retranché de Toulon (retirées le surlendemain à la demande des Allemands).
    27 novembre
    Occupation du camp retranché (opération Lila) par les Allemands et sabordage de la flotte (6 morts, 27 blessés). Cinq sous-marins parviennent à quitter Toulon, dont trois seulement (le Casabianca , le Marsouin et le Glorieux) vonrejoindre Alger et les Alliés.
    28 novembre
    Premier attentat contre les occupants (coups de feu à Hyères).

    Début décembre
    Dépôt obligatoire des armes de chasse.
    13 décembre
    Les Italiens prennent le relais des Allemands dans la région toulonnaise (mais les Allemands gardent le contrôle de l’arsenal et des mines de bauxite).
    16 décembre
    Sabotage détruisant partiellement l’usine “Air Liquide” de La Seyne par le FTP Louis Michel Le Brûlé.
    29 décembre
    Premier départ de requis varois pour le travail en Allemagne.


    Année 1943


    14 janvier
    Visite du gé néral von Runstedt, commandant en chef du front de l’Ouest, à Toulon. Début des travaux de renflouement de la flotte sabordée.
    22 janvier
    Création du GMR Estérel à Ollioules (GMR = Groupe mobile de réserve).
    23 janvier et jours suivants
    Regroupement et triage des évacués du Vieux-Port de Marseille dans les camps coloniaux de Fréjus.
    28 janvier
    Création officielle de la Milice du Var sous l’égide de Louis Lumière.

    Février-mars
    Mise en place des MUR et de leurs divers services ainsi que de l’AS commune. Naissance du premier maquis dans les bois de Sainte-Maxime (FTP).
    Mise en place de l’Organisation de résistance de l’Armée (ORA) dans le Var, sous l’autorité du lieutenant-colonel Lelaquet, d’Hyères.
    6 février
    Premier débarquement clandestin par sous-marin à Ramatuelle (Services spéciaux d’Alger et OSS américain).

    11 mars
    Entrée en application du STO et premiers départs. Les autorités italiennes tentent de s’y opposer au sein du camp retranché de Toulon
    23 mars
    Première exécution de “collaborateur” (le commissaire de police du Pont-du-Las, à Toulon, qui avait arrêté et frappé de jeunes résistants) par des membres du Groupe Franc des MUR.
    27 mars
    Sabotage de la centrale électrique de l’arsenal (GF des MUR).
    29 mars
    Première attaque de mairie pour récupérer cartes et tickets d’alimentation pour le maquis des Maures (à Gassin par les FTP).

    21 avril
    Remplacement du préfet Lahilonne (dont la Légion demandait le départ) par Jacques Feschotte.
    23 avril
    Première réunion du Comité de coordination de la Résistance à Toulon, à Bon-Rencontre, chez le Dr Lagier (au Clos Lagier).
    28 avril
    Arrestation et suicide à Toulon du colonel Duboin Camille, chef régional de l’AS. Entre mars et mai, les MUR de la région R2, et du Var, sont en partie décapités par la “Gestapo” de Marseille (affaire Flora).

    Mai
    Premier numéro de Résistance, journal des MUR de l’arrondissement de Draguignan.
    4 mai
    Arrestations de dix maquisards FTP du maquis des Maures par les gendarmes de Fréjus dans les bois de Roquebrune-Sainte-Maxime (au Fournel). Les rescapés se déplacent aux Mayons (Cargues) où est créé le camp Faïta.

    Juin
    Henri Sarie, chef départemental des MUR, devient le président du directoire régional des MUR en remplacement de Chevance Bertin qui a été blessé en échappant à l’arrestation. Le directoire régional comprend encore deux autres Varois (Georges Cisson, de Draguignan, et Frédéric Fortoul, de Toulon).

    Juin-juillet
    Apogée des départs au STO (classe 42 en entier).
    Démarrage du chantier forestier du Pélenq, près de Régusse, créé par Daniel Bénédite avec les fonds du Centre américain de secours, pour cacher et aider Espagnols, juifs, etc.
    14 juillet
    Manifestation patriotique à Toulon.

    Août
    Organisation de la CGT clandestine sous l’impulsion de militants communistes. Premiers numéros de La Cloche (arsenal de Toulon) et de L’Echo des chantiers (la Seyne)
    28-30 août
    Nombreux sabotages FTP pour “commémorer” le 3e anniversaire de la Légion. Echec de la cérémonie légionnaire départementale à Toulon (50 spectateurs).

    9 septembre
    Débâcle italienne et occupation totale du Var par les Allemands. Les soldats italiens tentent de fuir, la plupart sont faits prisonniers
    15 septembre
    Premier parachutage d’armes (Brue-Auriac), par le réseau Monk du SOE (réseau basé à Marseille).
    16-17 septembre
    Dans la nuit, premier bombardement allié dans le Var, contre le viaduc d’Anthéor.
    Nomination du Conseil départemental du Var (en remplacement de la Commission administrative). Il est présidé par Raphaël Sorba, maire de Saint-Cyr-Les Lecques.
    28 septembre
    Opération des GMR contre le camp Faïta aux Mayons. Repli du camp à la chartreuse de La Verne.

    Octobre
    Réquisitions d’hommes pour la garde des voies de communication.
    Pillage des stocks et des machines des établissements de la Marine par les Allemands.
    Premier numéro de La Provence Libre, organe du FN départemental.
    Fin octobre
    Henri Sarie, nommé préfet de la Résistance, est remplacé par Max Juvénal comme chef régional des MUR.
    Transformation du Comité de coordination en CDL, présidé par F. Arnal.

    Novembre
    Premières évacuations d’habitants ordonnées par les Allemands sur le littoral.
    Transformation du camp Faïta en 1ère compagnie FTP de Provence et repli en petits groupes sur le Centre-Var (Brue-Auriac, Saint-Maximin, Mazaugues, Signes).
    Organisation d’un maquis de l’AS dans la région de Mons par Louis Picoche.
    10-11 novembre
    Expéditions allemandes contre le camp Faïta. Les Maures entre Collobrières et Les Mayons sont investies. Arrestations et rafles dans les deux villages.
    Dans l’après-midi, grève et manifestation aux chantiers de La Seyne.
    11 novembre
    Grèves et manifestati ons résistantes dans diverses localités, en particulier, Toulon (importante manifestation), La Seyne, Draguignan.
    18 novembre
    Démission du chef départemental de la Légion des combattants. La Légion est en crise et tente de prendre ses distances avec le gouvernement Laval.
    24 novembre
    Premier bombardement de Toulon, le plus meurtrier (450 morts).
    26 novembre
    Interception d’un embarquement clandestin à Ramatuelle par les Allemands (un mort, deux arrestations, mais la fille du général Giraud peut échapper). Interruption des liaisons par le “tube”.

    Décembre
    Diffusion de Provence Libre, journal clandestin des MUR de la région R2.
    24 décembre

    Suite de la chronologie